Suivre la route

[ … ] Sur le sujet, une fois ne risquant pas d’être coutume ici, j’ai envie de remonter, historiquement s’entend, jusqu’à Jésus. Selon son commandement aux apôtres, « Allez et enseignez à toutes les nations », il paraît que ceux-ci se seraient dispersés à travers le monde pour y semer la bonne parole.
Saint-Pierre prêcha à Rome et c’est donc là que la liturgie fut célébrée en latin et selon la culture romaine. C’est ce qu’on nomme le rite latin.
Son frère aîné, Saint-André, porta ses enseignements en Grèce. L’ancienne culture grecque servit alors de fondement au rite grec, que l’on dit aussi rite byzantin.
Pendant 1000 ans, le christianisme s’est donc développé dans toute l’Europe sur la base de ces deux rites, sans que l’église ne connaisse de dissension, le successeur de Saint-Pierre, le pape donc, ayant pour mission de sauvegarder l’unité. Rappelons d’ailleurs que beaucoup de papes étaient alors d’origine grecque, en guise de consensus…
[ … ] L”exil des mots 

 Il y a ainsi des textes et des images  qui  nous entrainent sur les chemins. On voudrait suivre la route, aller dans la lumière verte sans nous retourner. 

 Suivre la route, se retrouver, car nous sommes l’animal libre du monde.Suivre le chemin de dalles et de pierre, ne plus nous occuper de Pierre ni de ses descendants, mais suivre tout simplement  la route 

Suivre au petit pas ou au pas de course à l’envers et à l’endroit, aller par les chemins et fredonner. Monter les côtes dures. Nous arrêter.Suivre la route. 
Ne jamais abandonner. Nous asseoir à l’ombre du chêne sans peur d’être trop romantiques. Penser à Brassens-mécréant, penser aux autres tels qu’ils furent, par la grande route d’antan. Et à Voltaire en son velours, croisant ses mains maigres souffrantes, doigts perclus et pensées acides, mots perdus pour qui ne sait voir. 

Suivre la route en bon vouloir, même si elle semble étroite, comme porte en Gide savoir 

________ 

M.L. 

  

   

 

Publicités

2 commentaires to “Suivre la route”

  1. Le site, je le connais, c’est celui de Bernard, magnifiquement clair, précis, documenté – et mécréant aussi, dit-il. Mais spirituel en diable, si j’ose dire.

  2. J’oubliais : merci pour le relais, Mary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :